Itinéraire 18 : Circuit approximatif à la limite du territoire municipal de Gorliz


 

Itinéraire 18

Itinéraire publié par Pedro Pablo Uriarte ”19 Itinéraires circulaires de randonnée depuis Gorliz”

Voir la carte de l’itinéraire sur Wikiloc

FICHE DE L’ITINÉRAIRE :

Temps total : 3h 45 min
Distance : 18,35 km
Dénivelé positif cumulé : 543 m
Difficulté : Moyenne, pour la distance

Avant de commencer cet itinéraire, nous devons dire qu’il est impossible, strictement parlant, de faire un tour complet de la commune de Gorliz en raison de l’absence de chemins ou de pistes se rapprochant au maximum de ses limites. Mais nous avons voulu toutefois nous en rapprocher le plus possible, même s’il est absolument inévitable, en termes d’efficacité du parcours, de passer à certains endroits dans les communes limitrophes ou de nous éloigner, relativement, des limites géographiques de notre territoire municipal.

Signalons également qu’à plusieurs occasions nous aurions pu nous rapprocher encore plus des limites de la commune, mais malheureusement les clôtures, enceintes, grilles et autres barbelés des terrains privés ou publics nous en ont empêché, même s’il existe peut-être une servitude de passage. Cette histoire de faire de la montagne un pré carré ne nous plaît pas trop… Bref, en fin de compte il s’agit de faire un grand tour de marche sur les divers chemins et sentiers qui entourent le territoire municipal de Gorliz, même si plusieurs secteurs de cet itinéraire font partie d’autres itinéraires déjà expliqués.

Comme pour tous les itinéraires précédents, nous partons d’Ibarreta Plaza (Iberrebarri Plaza) pour descendre par Itsasbide kalea jusqu’à la plage et prendre la promenade jusqu’à Astondo (18 min) en passant devant le sanatorium. Pour coller le plus possible à la frontière du territoire de Gorliz avec la mer, nous optons logiquement par l’itinéraire le plus côtier jusqu’à l’Ermua Mendi (voir l’Itinéraire 2), autrement dit, nous remontons par les rudimentaires escaliers d’Astondo pour redescendre ensuite par d’autres marches de pierre encore plus rustiques, mais très utiles et opportunes, jusqu’à la bifurcation vers les ruines du Fortin d’Askorriaga (34 min).

Nous remontons les durs raidillons qui grimpent jusqu’au mont Larragan à côté de la clôture de barbelés qui ferme les prés de la ferme expérimentale de la Députation pour redescendre jusqu’à la route qui monte au phare. Maintenant, nous nous dirigeons vers lui et nous atteignons le phare en quelques minutes (55 min). De là, nous allons à droite pour accéder aux pâturages de Fano, que nous traversons pour prendre l’itinéraire de crête qui nous conduira au sommet de l’Ermua (1h 15 min).

Depuis le sommet de l’Ermua, pour nous nous rapprocher des terrains limitrophes de la commune, nous devrions nous diriger vers l’Etzandarri, mais nous sortirions alors de la commune par un terrain agreste et difficile appartenant à Lemoiz. Nous choisissons de ne pas nous compliquer l’existence et de ne pas nous dévier autant. Nous vérifions sur une ortophoto de la Députation et sur la carte officielle de Gorliz qu’à quelques centaines de mètres du croisement du chemin qui descend à Armintza, deux anciennes pistes au moins, ou plutôt des chemins très visibles, descendaient d’ici jusqu’à la route Orabille–Fano (Fanobidea). Mais aujourd’hui, malheureusement, tout ce terrain est clôturé et rend le passage impossible et, naturellement, il n’est pas dans mes intentions de sauter les clôtures à mon âge et d’envahir les terrains privés qui si jalousement isolent leurs propriétaires.

Ceci dit, nous décidons de suivre l’itinéraire classique et de descendre par notre chemin habituel entre les arbres, avec la présence permanente sur notre gauche de cette clôture jusqu’à Fanobidea, pour arriver près des fermes du quartier, à côté des potagers de location (1h 30 min). Nous continuons par Fanobidea jusqu’au bout, jusqu’à Orabille, puis sur les dernières centaines de mètres nous suivons la frontière avec la commune de Lemoiz (1h 50 min).

Nous traversons la route pour suivre tout droit la route Orabille–Andraka jusqu’au bout de la clôture de barbelés qui sépare le vaste jardin arboré du restaurant-gîte Larrakoetxea. À ce moment, nous suivons la limite entre Lemoiz et Plentzia, dont le territoire municipal s’étend en un bras étroit jusqu’à ce secteur.

Un peu plus avant démarre un sentier dont nous avons parlé pour d’autres itinéraires et qui descend jusqu’à Saratxaga. C’est un très joli sentier, très montagnard, dont l’abondante végétation des deux côtés envahit parfois le chemin. Presque à la fin, le sentier tourne brusquement à gauche (par le sentier qui part à notre droite nous arriverions en haut de la rue Orbieta Bidea de Gorliz) et deux ou trois de minutes plus tard le chemin s’ouvre et les clôtures de quelques maisons apparaissent, et nous débouchons sur le restaurant Saratxaga (fermé au moment d’écrire ce texte) (2h 15 min).

Depuis que nous avons pris ce sentier, nous sommes entrés sur le territoire de Plentzia, puisque les alentours de Saratxaga appartiennent à cette commune, même si nous sommes tout près de la “muga” (limite) de Gorliz.

Nous avons opté pour suivre la route peu fréquentée qui nous conduit à la zone industrielle Sagastikoetxe, que nous dépassons jusqu’à remonter au grand rond-point de la route de Mungia pour entrer de nouveau dans la commune de Gorliz (2h 25 min).

Depuis le rond-point de Mungia, prenez la bifurcation à droite à environ un kilomètre, la soi-disant Botola bidea. Deux options s’offrent à vous : soit vous suivez la route principale, très fréquentée et pratiquement dépourvue de bas-côté, avec les dangers que cela comporte, soit, ce qui est bien mieux, vous empruntez un chemin en béton de l’autre côté du rond-point, qui part sur la gauche en direction de quelques arbres proches. Il n’y a aucune chance de se perdre car c’est la seule route de campagne qui part du rond-point.

Sur le chemin que nous empruntons, le ciment disparaît rapidement pour devenir une route sur laquelle nous pouvons constater que parfois il y a une voiture qui circule sur la route, à en juger par les traces. Nous montons doucement sous la protection des chênes verts, qui recouvrent parfois le chemin de leurs petites feuilles coriaces. Nous atteignons bientôt une paire de portes sur la droite qui ferment, la première une zone de serres et la seconde un grand pâturage bien soigné. Le chemin devient alors un chemin très visible, avec le bruit de la circulation de la route de Mungia à proximité. Nous entrons dans une belle portion du sentier, maintenant plat, qui se poursuit sous les arbres et la végétation latérale. Peu après, le chemin entre dans une forêt de grands eucalyptus, pour atteindre bientôt une grande zone ouverte et dégagée sur notre droite. Dès que vous atteignez cette zone, le chemin tourne à gauche. Nous la suivons et arrivons à nouveau à une zone ouverte. Il y a une ligne électrique au-dessus de nos têtes qui suit plus ou moins la direction dans laquelle nous marchons. Cette petite colline s’appelle Mandañuburu. Le chemin, bien que parfois un peu obscurci par les mauvaises herbes, n’est pas difficile à suivre, et commence bientôt à descendre jusqu’à Botola Bidea, à côté d’un panneau indiquant les pépinières Koala.

Nous prenons Botola Bidea vers le bas. Nous sommes maintenant sur une petite route qui n’est pas très fréquentée. Les fois où nous l’avons longé, nous n’avons croisé aucun véhicule. A partir de maintenant et jusqu’à presque la fin de cette route, nous suivrons la route 12, en changeant un peu la fin pour suivre plus précisément la frontière entre la municipalité de Gorliz et Plentzia.

En marchant maintenant dans un certain calme, nous arrivons à un croisement d’où part une piste visible à notre droite qui se dirige au quartier Zabale de Gorliz, mais nous, nous prenons à gauche en suivant la route. Immédiatement nous passons devant l’entrée des pépinières Koala et devant le croisement avec le chemin (GR 280) qui se dirige au château de Butrón (vers la gauche). Quelques mètres plus loin se dresse un poteau avec deux signaux, un indiquant le GR et l’autre la direction vers Gandia, où nous arrivons après un détour (2h 50 min).

Quant à nous, nous avançons sur une piste tapissée de gravats qui remonte doucement. Bientôt une déviation se présente à droite, que nous laissons de côté, et nous continuons de l’avant sous les eucalyptus.

La piste que nous suivons débouche sur une route vicinale avec des fermes et des villas sur notre gauche qui donnent sur la ria de Plentzia. Nous passons devant une étable, puis, après un petit raidillon nous redescendons entre les villas jusqu’à Gandia Bidea à hauteur d’une fontaine. Depuis le raidillon, nous avons une vue panoramique splendide sur la ria et Txipio.

Arrivés à la fontaine, nous allons sur notre gauche jusqu’au bout de la rue Gandia bidea où elle débouche sur le rond-point d’accès à Plentzia (3h 15 min). À tout moment, nous sommes très proches de la limite entre Gorliz et Plentzia. Les territoires situés à droite appartiennent à Gorliz et ceux de gauche jusqu’à la ria à Plentzia.

Au rond-point, nous prenons à droite par Kautela Bidea et nous montons par le trottoir de gauche. Au milieu de la côte démarre sur notre gauche la rue Bidegurutze que nous remontons en passant devant le centre de santé d’Osakidetza. Nous traversons Andra Mari Bidea et nous arrivons à Mungia Bidea où nous prenons à gauche jusqu’à arriver à la rue Palankete ; nous la descendons jusqu’à la rue Iturgitxi, où nous tournons à gauche pour déboucher sur Areatza. De Kautela Bidea jusqu’ici, nous avons toujours Gorliz à notre droite et Plentzia à notre gauche.

Maintenant il nous suffit de suivre cette rue principale jusqu’au rond-point du PIE et au grand parking. Nous remontons la rue Itsasbide, la grande artère de Gorliz-ville, en passant d’abord devant le grand parking, pour arriver au tournant de l’Escribano et un peu plus haut à Ibarreta Plaza (Iberrebarri Plaza) (3h 45 min). Nous avons bouclé la boucle après avoir marché un peu plus de 18 km.

Compartir:
© 2022 Gorlizko Udala | La mairie de Gorliz I Info juridiques et confidentialité I Politique de cookies