Itinéraire 24: Ascension vers Urizarmendi depuis Urizar avec retour par Andraka et Saratxaga.


 

Itinéraire 24

Itinéraire publié par Pedro Pablo Uriarte «24 Itinéraires circulaires de randonnée de Gorliz»

Voir la carte de l’itinéraire à Wikiloc

FICHE DE LA ROUTE:

Durée totale: 3 h 20 min
Distance: 15,26 km
Dénivelé positif cumulé: 484 m
Difficulté: Modérée

Il s’agit d’un parcours moyen (un peu plus de 15 km) et avec un dénivelé positif de 484 m, où la nouveauté réside dans la descente de l’Urizarmendi et le retour par Andraka, quartier auquel nous arrivons par la route générale. Une autre nouveauté est que nous accédons à Berreaga par un sentier peu fréquenté qui est assez envahi par les mauvaises herbes et les ronces qui gênent beaucoup à notre passage, c’est pourquoi nous recommandons fortement que si vous venez par ici, les gens s’habillent avec un pantalon long et des manches longues, pour minimiser les piqûres.

Il est huit heures et quart du matin quand nous partons de la place Saint-Pierre à côté des Jubis, où nous mettons l’horloge au registre de «randonnée» et commençons à filmer l’itinéraire à Wikiloc. Nous accédons à Itsasbide et nous montons un peu le long de la rue principale du village en dépassant l’église et en arrivant au rond-point de la route d’Armintza. Au même endroit, de face, nous montons l’escalier qui donne accès à Zapakondi bidea, et dans cette rue nous continuons vers le haut en dépassant la structure d’une villa à moitié construite. La rue où nous allons se transforme après la dernière maison en une piste qui monte entre les chênes verts. Après un tronçon de montée, nous voyons la piste se tordre en tournant vers la gauche. Nous avons choisi d’aller en face, sur un sentier qui semble le moins visible et qui est le plus à droite. A partir de maintenant, le sentier, assez visible au début, devient un peu flou, mais on voit à tout moment où il passe.

Les ronces sur les côtés ont envahi la route et passer par là devient assez ennuyeux. Les piqûres aux bras et aux jambes sont fréquentes, mais ce n’est pas un supplice, on peut passer et, vraiment, nous voyons que des gens sont passés par ce chemin. Nous arrivons à une clôture où un panneau récent dit qu’il a peut-être gagné et qu’il faut la laisser fermée. On pense que s’ils ont pris la peine de mettre l’affiche, c’est que des gens passent par ici. C’est ce qu’on fait, on ferme la porte et on continue sur le chemin des buissons. Peu après, nous sommes arrivés à une deuxième porte, mais cette fois nous avons quitté le sentier un peu plus tôt pour éviter les ronces et nous nous dirigeons vers des pâturages situés à côté de la route. Nous n’avons vu aucun animal. Il s’agit, semble-t-il, de bovins qui paissent généralement dans les pâturages et les champs secondaires. Nous traversons cette deuxième porte et nous arrivons peu à un tronçon où le sentier est large et nous passons à côté de la haie d’une ferme. Après une centaine de mètres, en passant à côté d’une serre, nous arrivons à la route Orabille-Andraka. Nous sommes dans le quartier de Berreaga, appartenant à Lemoiz. Un peu sur notre gauche il y a une bifurcation, où nous choisissons d’emprunter la route qui indique Urizar.

Après avoir marché sur environ 1,5 kilomètre et passé devant une ancienne ferme de poulets, la route descend doucement jusqu’au centre-ville de Lemoiz, le quartier d’Urizar. Nous traversons la route générale et continuons juste en face, en descendant une petite route qui passe devant l’ancienne laverie d’Urizar, du s. XIX, situé sur la droite. Une centaine de mètres plus loin, nous arrivons à une bifurcation et nous prenons la route à droite. Si nous prenions la gauche, nous irions vers Armintza sur le GR 280.

Comme nous l’avons dit, nous avons choisi la route de droite et sous les arbres verdoyants nous arrivons peu à peu à un autre carrefour après un petit pont. On tourne à gauche. La route est plate et au début nous voyons sur notre droite une vieille installation de béton à côté d’une ancienne chaudière. Nous continuons vers l’avant jusqu’à une nouvelle bifurcation où nous avons choisi d’aller à gauche, la route qui monte. La route de droite mène à une ferme que l’on voit à une certaine distance.

Désormais, nous ne manquerons pas de monter jusqu’au sommet de l’Urizarmendi. Les rampes de la route sont relativement abruptes et nous font transpirer. Nous voyons les eucalyptus sur les côtés grandir diaboliques, l’année dernière ils ne sortaient pas du sol. Après avoir traversé une clairière sur la route qui n’est rien d’autre qu’un large pare-feu qui est visible dans toute sa largeur et loin à notre gauche et à droite avec la ligne électrique au-dessus de nos têtes, la route reste sous une pinède. À une centaine de mètres, nous voyons un chemin de terre qui part sur notre gauche. Nous prenons cette route et à quelques centaines de mètres nous arrivons à une bifurcation. C’est le croisement avec la route qui va à Andraka d’Armintza et qui passe par le sommet de l’Urizarmendi. Nous prenons à gauche, et à quelques mètres nous sommes devant un panneau du GR 280. Nous continuons sur la route et après avoir escaladé une pente nous arrivons à une tour électrique. Nous le contournons et, un peu plus haut, nous trouvons sur notre gauche le sommet de l’Urizarmendi (294 m), où j’en profite pour faire une halte sur la route, me réapprovisionner et manger des fruits.

Quelques minutes plus tard, je reprends la marche. Ils ont abattu l’eucalyptale qui attrape à ma gauche et de là on aperçoit un nouveau panorama magnifique, qui ne durera malheureusement pas longtemps, car avec la vitesse à laquelle les eucalyptus repoussent, la vision disparaîtra à nouveau. La route n’a pas de perte, car c’est par elle que nous montons chaque fois que nous montons à l’Urizarmendi depuis Armintza. Nous descendons un peu jusqu’au moment où le chemin se divise. Celui à ma droite entre dans les bois et descend, et c’est celui qui suit le GR et descend à Armintza. Il y a un panneau rouge-blanc qui l’indique. Mais cette fois, je choisis de prendre la route de gauche, qui est une route large et claire et plate.

Cette route n’a pas non plus de perte, mais comme référence nous dirons que bientôt nous sommes passés à côté de deux antennes de télécommunications. Si les fougères sur notre droite étaient un peu moins poussées, nous pourrions voir sur notre droite un magnifique panorama d’Armintza. La route est désormais dégagée. Au niveau des deux antennes, le chemin de terre devient un chemin de gravier et descend peu à peu pour devenir un chemin de ciment après quelques zigzags. Elle débouche ensuite sur la fin de la route qui suit le GR 280 vers Urizar et qui vient d’Armintza. Il y a deux fermes abandonnées, l’une à droite, qui devait être une belle ferme, et l’autre de l’autre côté de la route, qui est pratiquement caché par la végétation luxuriante.

Je n’ai plus qu’à suivre la route à gauche jusqu’au bout d’un moment à la déviation que j’ai prise précédemment pour monter l’Urizarmendi. J’ai bouclé la boucle et je continue sur le même chemin que j’ai emprunté en passant devant l’ancienne laverie. J’arrive à Urizar et je tourne à gauche pour passer à côté de la mairie et de l’église. A partir de maintenant jusqu’à Andraka je dois suivre la route générale BI-2153 Armintza-Andraka. Je passe devant le cimetière.

Je dois dire que je n’aime pas souvent marcher sur des routes très fréquentées, mais dans ce cas-ci, j’avais pris la peine de retourner à Gorliz par Andraka et je n’ai d’autre choix que de marcher au maximum un kilomètre et demi sur cette route qui, bien qu’elle ait un certain trafic, a aussi un joli flanc pour y marcher en toute sécurité.

Je passe un peu devant la brasserie-grilloire Urizar, de l’autre côté de la route, et j’arrive peu après au carrefour d’Andraka, en tournant à droite pour continuer sur la route Andraka-Orabille. Il s’agit d’une spéciale en légère montée qui passe dans sa partie la plus haute à côté de l’entrée du Club Hippique Goikomendi. Je continue et, la route, avec un eucalyptale sur la gauche et à peine pas de circulation, continue en douce descente. À une centaine de mètres, au milieu de l’eucalyptus, il part à gauche entre deux petits poteaux verticaux un chemin très piétiné qui se faufile entre les eucalyptus. Allons le chercher.

On descend un peu et on arrive à un carrefour. Nous allons de l’avant, sur un chemin qui descend tout droit à côté d’une ferme. Si nous prenions la route de gauche, nous atteindrions en quelques centaines de mètres la route de Mungia, mais nous ne voulons pas y aller. Comme nous l’avons dit, au carrefour, nous avons continué devant nous et nous sommes descendus par un curieux chemin où ils ont seulement coulé du ciment pour les roues des voitures, laissant la partie centrale libre. Au bas de la route, l’est devient une piste entièrement cimentée et tourne à gauche et à droite à côté d’une belle villa qui a des vignes bien alignées à côté de la route qui continue en descente.

Nous arrivons tout de suite à un carrefour où nous tournons brusquement à droite sous des arbres. Nous passons à côté des grillages d’un couple de chalets avec des terrains boisés bien entretenus. Nous arrivons peu à peu à une grande maison vide et nouvellement construite entourée de plusieurs affiches sur lesquelles il est écrit: «Terrain privé. Interdit de passage. » Je n’arrive pas à l’esprit le zèle de ces propriétaires de nous rappeler constamment de ne pas passer sur leurs terres. Naturellement, nous n’avons jamais l’intention d’envahir quoi que ce soit, même si nous sommes presque sûrs qu’il y a une servitude de passage par ici.

Ignorant les affiches et sachant que le chemin que nous avons traversé n’a pas envahi les terres de quiconque, nous avons continué entre plusieurs jolies villas jusqu’à la brasserie Saratxaga, fermée il y a des années.

Juste en face, à côté d’une autre villa, part sur votre gauche le beau chemin qui sous les chênes et sans aucune perte nous laisse à quelques centaines de mètres en haut de la rue Ageo, et entre déjà dans le cas urbain de Gorliz.

Il ne nous reste plus qu’à descendre la rue Ageo et tourner sur Tribiñu kalea jusqu’au rond-point du bateau et Iberreta Plaza. Un peu plus loin, nous arrivons à la place Saint-Pierre, où nous fermons la route devant le bar des Jubis, après avoir marché un peu plus de 15 km, sauvé un dénivelé positif de 484 m et utilisé un temps total de 3 heures et 20 minutes, toujours en marchant avec une certaine tranquillité.

Compartir:

Noticias relacionadas

© 2022 Gorlizko Udala | La mairie de Gorliz I Info juridiques et confidentialité I Politique de cookies