Itinéraire 23: Circulaire à travers Andraka, le mont Malgartzagane et la ria de Plentzia, retour par Junkera bidea, Gandia et Plentzia


 

Itinéraire 23

Itinéraire publié par Pedro Pablo Uriarte «24 Itinéraires circulaires de randonnée de Gorliz»

Voir la carte de l’itinéraire à Wikiloc

FICHE DE LA ROUTE::

Durée totale: 4 h 54 min
Distance: 17,97 km
Dénivelé positif cumulé: 449m
Difficulté: Modérée

C’est un itinéraire pour la plupart assez original, différent, passant entre Andraka et la ria de Plentzia sur des pistes et des chemins inconnus pour moi, et même découvrant un petit sommet, le Malgartzagane où je n’avais jamais été, descendant presque jusqu’au Château de Butron par de beaux sentiers boisés. Le tour se fait par la route très fréquentée au bord de la ria de Plentzia jusqu’au croisement avec Mandañu bidea, à côté des pépinières Koala, pour faire un détour par Junkera bidea et arriver à Plentzia par Gandia. Pour Areatza Kalea, nous retournons à Gorliz.

Il est huit heures du matin, par une belle et fraîche journée, lorsque mon ami Eduardo et moi avons commencé à marcher à côté de la place Saint-Pierre, pour monter par Itsasbide jusqu’au rond-point supérieur de Gorliz, situé au-dessus de l’église. Là, nous tournons à droite et presque immédiatement à gauche pour monter sur Barberusolo. La rue est assez raide et nous commençons à transpirer malgré la fraîcheur du matin. Barberusolo continue avec Orbeta bidea et nous passons à côté de belles villas jusqu’au sommet d’Orbeta, à côté de la belle ferme Alegria. La petite route passe maintenant sous de beaux spécimens de chênes verts jusqu’à une maison sur la gauche qui n’a pas été achevée depuis quelques années. A peine la franchie, la route se termine brusquement pour continuer sur un sentier qui semble se terminer par un fil de fer, mais juste là, sur la droite sort un petit sentier presque invisible qui se glisse entre la végétation et avance de quelques centaines de mètres avec quelques orties et des ronces à nos côtés. Même si on ne peut pas passer, on peut, je l’ai fait des dizaines de fois, aller et retour. Nous arrivons tout de suite au croisement avec le sentier qui descend vers Saratxaga depuis la route entre Orabille et Andraka. Sur plusieurs des itinéraires publiés par www. VisitGorliz. eus, nous passons en montée ou en descente sur ce sentier, qui est très piétiné et souvent assez fréquenté. Nous allons de l’avant à ce carrefour.

Nous continuons donc sur ce sentier en légère ascension, toujours protégés par la végétation abondante latérale, qui fait parfois de nous un toit de branches et de feuilles qui imprime d’obscurité le sentier. Peu après nous arrivons à la route citée Orabille-Andraka peu après avoir terminé la clôture du restaurant et ferme Larrakoetxea, nous tournons à droite pour continuer sur elle jusqu’à Andraka. Ce tronçon fait partie du GR 280 d’Uribe (Grand Parcours d’Uribe-Kosta).

Sans aucun problème et en passant devant les vastes installations du Club Hippique Goikomendi nous arrivons à Andraca, en traversant la route générale BI-2120 de l’autre côté. Nous passons à côté du restaurant Andraka et derrière la cidrerie du même nom. Nous laissons à droite la déviation du GR qui descend vers la ria de Plentzia et continuons en passant à côté de l’ermitage d’Andraka et de la place Rufino Arrola, nommée ainsi en hommage à un ancien trikitilari originaire d’un hameau voisin.

Le chemin continue et tout de suite nous passons devant une autre déviation vers la droite, vers Atxutegi, que nous ne prenons pas. C’est une autre déviation du GR 280 vers la ria de Plentzia et vers Butron, mais nous continuons vers Landeta, en avant, en face, en passant devant les dernières villas de l’urbanisation d’Andraka. Notre intention est d’atteindre la ria de Plentzia tout près du château de Butron, mais nous emprunterons un autre itinéraire assez inconnu mais très attrayant.

Le large chemin commence à monter un peu après avoir passé à côté de la barbelée d’une grande ferme où des chevaux sont en train de paître. Sur notre droite, on aperçoit une énorme tuerie (abattage massif d’une forêt) sur la pente d’un mont. Nous arrivons à un carrefour et choisissons d’aller à droite, en descendant peu à peu parmi les jeunes eucalyptus. Nous ne nous détournons pas de notre chemin à aucun moment. En quelques minutes, nous passons devant une déviation qui part de notre chemin et continue à droite, que nous ignorons en suivant de front, jusqu’à un carrefour. À ce carrefour, nous tournons à droite, pour continuer tout droit sur quelques centaines de mètres.

Bientôt, nous apercevons de face une antenne au sommet d’une colline. Le chemin tourne à droite, mais nous continuons tout droit vers l’antenne en montant par un chemin plus étroit, que l’on voit un peu plus haut. Ce paysage va changer en peu de temps, car nous voyons que des eucalyptus viennent d’être plantés dans toute la région, et en raison de leur croissance rapide, nous ne verrons pas l’antenne avant deux ou trois ans, ce qui nous fera perdre la référence la plus importante et la plus intéressante de l’itinéraire.

On prend le raccourci jusqu’à l’antenne et on tourne à gauche. Si nous continuons plus loin, nous verrons à proximité un grand radeau d’eau qui assurera l’approvisionnement des serres, mais comme nous le disons, en arrivant à l’antenne, il ne faut pas aller en face, il faut tourner à gauche pour voir immédiatement, à quelques mètres sur notre gauche, un sommet géodésique au-dessus d’une borne en béton. A côté se trouve une boîte aux lettres en forme de petite maison qui indique le sommet du mont Maldartzagane, à 232 mètres d’altitude.

Nous prenons la photo de rigueur et continuons notre chemin vers la gauche. Maintenant, nous glissons un peu dans l’espace ouvert sur un large chemin qui en peu de temps devient un sentier qui commence à descendre. Il y a assez de rameaux épineux ou rouges sur les côtés du sentier. Nous avons rapidement tracé un virage serré vers la droite. Il n’y a pas de risque d’erreur car le sentier est parfaitement visible et il n’y a pas de déviation.

Nous entrons, en douce descente, dans une belle forêt cantabrique avec des essences d’arbres indigènes: des alis et des chênes surtout, bien que nous apercevions parfois quelques eucalyptus. Il y a une source d’eau ferrugineuse au bord de la route. Nous ne le voyons pas en descendant, mais sur notre droite, de vastes pépinières s’étendent sur la pente de la montagne. En un instant, sur un détour de la route, nous apercevons au loin le majestueux château de Butron. À tout moment, nous avons senti que ce sentier a été utilisé et parcouru depuis de nombreuses années.

Nous continuons à descendre sous les arbres et, descendant, descendant, nous arrivons à la route de Butron, en passant un peu plus tôt à côté de grilles qui ferment l’entrée d’une maison ou d’un hameau. Curieusement et paradoxalement, juste avant de rejoindre la route de Butron, il y a un panneau à l’entrée de la route sur laquelle nous allons qui dit: «Passage interdit. Chemin Particulier. » Quand nous voyons quelque chose de semblable, nous disons toujours qu’il faut cesser de mettre des portes à la campagne, et les autorités municipales, et même la Diputación, auraient beaucoup à dire à ce sujet. De plus, parce qu’il y a presque certainement ici une « servitude de passage », et les gens ont emprunté ce sentier, seuls ou avec des animaux de somme, depuis des temps immémoriaux.

Une fois sur la route, nous continuons sur notre droite. L’itinéraire est suffisamment connu pour être commenté en détail, mais nous allons au moins le faire brièvement.

Après environ un kilomètre, nous arrivons au barrage d’Arbina, où la rivière Butron se transforme en ria de Plentzia, et nous nous arrêtons pour boire et manger des fruits. Nous y sommes quand une centaine de garçons et de filles d’une dizaine d’années débarquent sur la route avec leurs moniteurs de colonies d’été, qui semblent se reposer ici pour manger quelque chose. On finit le rafraîchissement et on libère la passerelle en bois.

Encore un kilomètre plus loin, la route devient une piste de béton, laissant sur la gauche l’entrée d’une propriété. Peu à peu, nous passons à côté d’une autre entrée vers une autre maison ou un autre hameau. Nous continuons et finissons tout de suite la piste cimentée, pour prendre à droite sur un chemin de boue, en laissant à gauche la porte d’entrée de la ferme Butrón.

Le chemin monte un peu, mais pas trop, et à quelques mètres du carrefour, nous laissons à droite la montée vers Andraka, qui arriverait au carrefour que nous avons traversé précédemment. Nous avons en permanence sur notre gauche une ligne de barbelés avec une interminable rangée de cyprès de Lawson qui ferment les frontières d’un grand domaine ou d’une propriété privée. Le chemin monte d’abord sur un terrain argileux, puis redescend après un certain temps sur un terrain assez caillouteux et arrive au croisement avec l’autre montée vers Andraka, que nous laissons à droite. Nous continuons à marcher un peu sur le bord de la ria de Plentzia en voyant de l’autre côté plusieurs villas de la partie inférieure de l’Éventail.

Après une montée discrète, nous arrivons au carrefour avec Mandañu bidea, près des pépinières Koala. Nous tournons à gauche et au lieu de tourner tout de suite à droite et de descendre sur la route, nous continuons en face, à côté d’une clôture d’un domaine. La route est maintenant recouverte de petits morceaux de briques, le reste des déchets de la construction qui ont été construits ici il y a longtemps. Ensuite, nous laissons l’entrée d’un autre domaine sur la droite et continuons vers l’avant. Peu après, le chemin descend entre des eucalyptus et débouche sur une petite route que nous suivons à droite. Nous passons à côté de quelques chalets ou maisons qui sont au bord de la ria. En continuant sur la route, maintenant appelée Junkera bidea, nous arrivons après avoir grimpé un peu, à la partie la plus haute de ce tronçon, avec une belle vue sur Plentzia avec son pont et sa ria. Nous passons à côté de belles villas et descendons à Gandia bidea très près d’une fontaine en pierre. Nous continuons à gauche et sans dévier nous arrivons au rond-point qui dirige la circulation vers Gorliz et Mungia. Nous traversons le feu et nous prenons la rue Erribera en passant devant le fronton et quelques terrains de paddle vers le centre urbain de Plentzia.

Nous allons le long de la ria, le long de la promenade du chantier naval jusqu’à la place de l’hôtel de ville. Nous tournons à droite, vers la rue Areatza et nous la suivons jusqu’à la plage de Gorliz en passant d’abord par le port de Plentzia et, à la fin, à côté du PIE.

Nous retournons à Gorliz en montant par Itasbide kalea jusqu’au côté de la place Saint-Pierre, d’où nous sommes partis il y a près de 5 heures. Ça oui, en parcourant près de 18 km avec toute la tranquillité du monde.

Compartir:

Noticias relacionadas

© 2022 Gorlizko Udala | La mairie de Gorliz I Info juridiques et confidentialité I Politique de cookies