Itinéraire 22: Circulaire de Gorliz au château de Butrón et retour par le mont Isuskitza et Gandia.


 

Itinéraire 22

Itinéraire publié par Pedro Pablo Uriarte ”24 Itinéraires circulaires de randonnée depuis Gorliz”

*Carte de l’itinéraire*

FICHE DE L’ITINÉRAIRE

Temps total: 4 h 40 min
Distancia: 17,18 km
Dénivelé positif cumulé :   356m
Difficulté : Modéré

Nous partons de la place Ibarreta à Gorliz, et par le rond-point du bateau nous passons devant le cimetière et la zone industrielle Sagastikoetxe, en arrivant immédiatement au rond-point de la route de Mungia. Nous continuons vers l’avant et, en descendant par Kautela bidea nous tournons tout de suite à gauche, pour entrer au milieu de la descente par Iturri bidea jusqu’à un rond-point où nous tournons de nouveau à gauche et, tout de suite, de nouveau à droite pour descendre jusqu’à la route de Gandia. Nous la suivons à gauche jusqu’au bout, à hauteur d’une fontaine en pierre.

Nous continuons sur la route montante, appelée Mandañu bidea, en passant devant un atelier de virages jusqu’à sa partie la plus haute, en prenant la déviation vers le château de Butrón (il y a des indications GR) (33 min).

Après un court tronçon en descente presque entièrement boisé, nous arrivons à la ria de Plentzia, qui dorénavant, plus proche ou plus éloignée, restera toujours sur notre droite jusqu’au château de Butron. Pour l’instant, nous suivons un peu le large sentier sous les arbres près de la ria jusqu’à la première déviation balisée du GR 280 et qui monte à Andraka (1 heure). Nous continuons vers l’avant, et en quelques minutes nous arrivons à la deuxième déviation du GR vers Andraka (voir la route 12) (1 h et 10 min).

La piste continue de quelques mètres en descente et, presque immédiatement, débouche sur une autre plus large qui, d’abord gravée puis goudronnée, nous conduira au château de Butron.

Nous entrons dans un tronçon calme et totalement plat, la plupart du temps boisé et agréable sur la route, avec la ria voisine et tranquille sur notre droite. Bientôt la ria, jusqu’à présent appelée ria de Plentzia, devient la rivière Butron, n’étant plus affectée par les marées à la hauteur du barrage d’Arbina, que nous pouvons voir dans une entrée vers la ria sur notre droite. La salinité de l’eau diminue à mesure que la rivière s’approche du barrage où elle devient la rivière Butron.

Rio amont d’Arbina parfois les eaux sont teintes de vert par la quantité de micro-plantes qui poussent sur sa surface favorisée par la stagnation provoquée par le barrage. Nous verrons comment, à l’imitation des rivières tropicales et sauvages, les branches des arbres riverains frôlent et se reposent presque au-dessus des eaux. L’environnement est très relaxant, aidé par les traîneaux des oiseaux.

Presque sans s’en rendre compte, lorsque nous admirons la forêt, après un virage à notre droite et un petit pont, nous arrivons à l’impressionnant château de Butron qui semble tiré d’un conte de fées, bien que ses origines ne soient pas conte de fées, mais plutôt de guerriers ardents, comme l’étaient les Butron, et qui fut solaire de votre lignée (1 h 40 min).

Nous passons le pont et nous approchons de la façade du château, que nous dépassons sur notre droite. Derrière lui, on a un carrefour. Si nous allons à gauche, nous irons vers Urduliz (route 13), mais notre objectif aujourd’hui est différent, alors nous prenons la route de droite, qui continue vers l’avant pour devenir rapidement une piste.

Nous marchons toujours sous les arbres et le long d’une piste large, plate, terreuse, avec de grandes et fréquentes flaques d’eau (il avait beaucoup plu la veille). En plein été, nous imaginons qu’il n’y aura pas autant d’eau sur la route.

Nous sommes rapidement passés devant une maison abandonnée avec de grands graffitis bleus, et un peu plus loin, une autre maison en briques à côté de curieux bâtiments abandonnés, qui avaient probablement un rapport avec le barrage d’Arbina, situé un peu plus loin.

À environ 2 km du château, nous atteignons presque le barrage d’Arbina, mais maintenant nous pouvons le voir de l’autre côté et d’une vue d’oiseau. Il est situé un peu plus loin sur la route. Lorsque nous arrivons au carrefour, nous prenons le chemin de gauche, car à droite nous irions au barrage lui-même.

Le chemin est maintenant toujours ascendant, parfois avec des rampes plus dures et parfois moins, mais toujours ascendant. Le sol est terreux, argileux, avec de grandes ornières créées par l’eau et les pneus de certaines motos qui ont creusé le sol. Nous marchons toujours sous une couverture d’espèces feuillues indigènes qui forment une forêt tropicale typique de la Cantabrie. Nous rencontrons plusieurs arbres tombés sur le chemin et nous devons passer en dessous ou sauter par-dessus. C’est un grand plaisir de se promener sous les arbres indigènes d’une forêt cantabrique, et nous trouvons que c’est une grande différence par rapport à la marche sur des pistes sous les nombreuses forêts d’eucalyptus qui peuplent malheureusement notre côte. Nous le ferons plus tard, et nous allons en avoir marre.

À un moment donné, le chemin se transforme en piste et suit plusieurs virages et lacets. À droite du chemin, nous voyons de nombreux piquets avec de petits chênes à l’intérieur, dont presque aucun n’a progressé. Nous atteignons une clairière avec une structure en béton sur notre droite qui ressemble à un réservoir d’eau. Nous en profitons pour nous asseoir et faire une pause pour goûter un fruit et boire quelques gorgées d’eau.

Une fois notre rafraîchissement terminé, par précaution, nous avons enfilé un vêtement à manches longues pour nous protéger des piqûres des ronces et des plantes latérales du chemin. Nos jambes étaient déjà protégées par des pantalons longs. A vrai dire, l’agression des plantes n’était guère problématique. Je ne considère pas la végétation latérale abondante, pour le moment, comme un gros problème pour venir de cette façon, en fait, nous le recommandons. Cependant, si personne ne pense à utiliser une débroussailleuse sur les côtés du chemin, les ronces vont littéralement le dévorer.

Dès que nous commençons à marcher depuis le réservoir d’eau, nous prenons immédiatement le chemin à gauche. Sur la droite, où il y a une barrière en bois, nous descendrions vers les premières maisons du lotissement Abanico et nous devrions faire le reste du parcours par la route, ce que nous ne voulons pas faire.

Nous prenons donc le chemin à gauche, où nous marchons quelques centaines de mètres, puis nous prenons à gauche à une autre bifurcation. Après quelques mètres, vous verrez une clôture sur le chemin à droite. Pas par là, donc on prend le chemin à gauche.

Le chemin monte maintenant lentement et abruptement pendant un moment à travers la végétation latérale et les ronces menaçantes, qui ne causent pas trop de soucis non plus. Après un court moment, nous atteignons une zone plus ouverte après une pente raide, avec quelques arbres et quelques piquets protégeant quelques arbres plantés. Il y a une table et une sorte de boîte aux lettres sous un chêne en forme de petit château. Nous sommes sur le mont Isuskitza, haut de 216 mètres.

Après avoir pris quelques photos, nous continuons quelques mètres plus loin sans prendre de détours, voyant immédiatement un chemin sur la gauche, que nous ne prenons pas. Ce chemin rejoindrait la route de Butrón à Urduliz. Mais nous continuons tout droit, en avant, et atteignons bientôt un autre carrefour où nous tournons à droite. Quelques centaines de mètres plus bas, nous atteignons la haute route de l’Abanico appelée Camino de Isuskitza.

Maintenant, tu dois être très prudent. Traversez la route tout droit et allez à quelques mètres sur la gauche. Et là, sur notre droite, nous voyons une entrée presque invisible qui monte une petite pente entre quelques arbres. Nous allons par là. Dès qu’on l’a franchi, on voit un chemin qui part sur la gauche et se divise. Nous choisissons celui de gauche, qui entre dans la forêt d’eucalyptus. A partir de maintenant, jusqu’à la route principale, tout se passera sous une immense forêt d’eucalyptus.

Il y a un détail d’une importance capitale : à partir de maintenant, nous devons faire attention à certains panneaux qui indiquent les virages sur la route. Ce sont des sortes de points de peinture rouge que l’on peut voir de temps en temps, notamment aux carrefours, sur certains troncs d’eucalyptus ou sur des pierres au sol. Vous devez y prêter attention car ils indiquent que vous êtes sur la bonne voie. Il semble qu’ils aient été placés là par les cyclistes.

Nous continuons un moment sans déviation ni virage, sauf un petit détour sur notre droite pour sauver une zone bloquée qui nous ramène tout de suite sur la route.

On a pris un virage à gauche et on a continué. En fait, la tendance est toujours à la baisse en légère baisse. Nous arrivons peu après à un autre virage à droite et, à partir de maintenant, le chemin (nous continuons à regarder les points rouges) est assez évident, nous arrivons peu à peu à un autre virage à droite (le point rouge est situé sur un eucalyptus à droite en descendant, nous indiquant la direction).

Nous suivons un autre moment sur un sentier relativement plat avec assez de broussailles et de buissons sur les côtés que nous devons contourner, même si cela se fait assez facilement et sans trop de problèmes. Il y a des tronçons assez boueux. Je suis sûr que cette situation changera en fonction de la saison, des pluies et du climat, et je pense à la fois à la végétation et à l’état des sentiers. Je répète la débroussailleuse pour garder les routes relativement propres.

Nous arrivons à une autre intersection et nous tournons à gauche, et le sentier devient maintenant un petit canal de terre qui, en descente franche, débouche sur la route basse de l’Éventail. Nous sommes sortis de la forêt et après environ deux cents mètres en marchant vers la gauche, nous sommes sur la route générale entre Plentzia et Urduliz. C’est pour elle qu’on va à Plentzia. Attention!, il y a des tronçons sans flanc et les voitures passent très près

Comme je l’ai dit, nous prenons la route en direction de Plentzia jusqu’au nouveau pont, que nous traversons jusqu’au rond-point de Gandia. Nous montons sur le trottoir de la pente de Kautela Bidea jusqu’au rond-point suivant et à partir de maintenant nous n’avons plus qu’à déraper le chemin du matin jusqu’au point de départ, dans la rue Iberre.

En résumé, il s’agit d’un très bel itinéraire circulaire, la plupart protégé par les arbres variés, qui en moins de cinq heures (4 h 40 min au total) étant très calmes, nous parcourons un peu plus de 17 km mais avec un dénivelé positif discret: seulement 356 mètres

Compartir:
© 2022 Gorlizko Udala | La mairie de Gorliz I Info juridiques et confidentialité I Politique de cookies