Itinéraire 21 : Un court itinéraire près de Gorliz avec trois tronçons très peu connus


 

Itinéraire 21

Itinéraire publié par Pedro Pablo Uriarte ”24 Itinéraires circulaires de randonnée depuis Gorliz”

*Carte de l’itinéraire *

FICHE DE L’ITINÉRAIRE :

Temps total : 2 h 
Distance : 7,7 km
Dénivelé positif cumulé : 226 m
Difficulté : modéré

Dans ce cas, nous allons faire un parcours relativement court de moins de huit kilomètres (7,7 km exactement) et peu de montées (226 m de dénivelé positif), qui comprend trois tronçons intéressants et originaux, deux d’entre eux sur des chemins très peu connus, accidentés et presque inexplorés, et le troisième, totalement urbanisé et avec de nombreuses maisons unifamiliales. Cette dernière zone, appelée Guzurmendi, n’est pas très utilisée par les habitants de Gorliztar qui n’y vivent pas, car elle est assez éloignée, principalement en raison du fait que les deux parties de la rue ou route Ametzaga bidea n’ont pas été reliées lors de la récente urbanisation de la zone de Guzurmendi. Nous en discuterons plus tard.

Commençons. Comme toujours, nous sommes situés sur la place Iberreta. De là, nous commençons la promenade et nous y retournerons environ deux heures plus tard (en marchant à notre guise) pour fermer le cercle. De la place Iberreta, on rejoint Itsasbide kalea, la rue principale du village, qui monte doucement vers l’église paroissiale de la Purísima Concepción. Une fois passée l’église paroissiale, nous atteignons le rond-point d’Armintza en quelques centaines de mètres.

Juste en face, si nous remontons le trottoir de droite, à côté du rond-point où commence la route BI-3151 vers Armintza, nous voyons une petite rue coincée entre les murs de deux maisons qui commence sur une pente avec quelques marches sur la droite. Nous entrons dans Zapakondi bidea, et le long de cette rue, qui devient ensuite une piste puis un petit chemin, en continuant tout droit, nous atteignons la route Orabille-Andraka au carrefour Berreaga. Il s’agit du premier tronçon intéressant de l’itinéraire qui, comme nous l’avons dit, est très peu utilisé, car la végétation sur les côtés le ferme, comme c’est malheureusement le cas pour une multitude de chemins et de pistes par manque d’entretien.

Nous remontons d’abord une rue entre des villas, passant devant la structure en béton d’une autre villa qui n’est plus qu’un squelette depuis longtemps. Nous la dépassons et la petite rue Zapakondi bidea devient un large chemin avec des pistes en pierre et en ciment brisé préparées pour les véhicules tout-terrain qui accèdent à certains des pâturages ou des vergers situés plus haut. La piste, ou plutôt le large chemin, est escorté par une végétation luxuriante de part et d’autre.

Après quelques instants, le large chemin se divise en trois : un chemin à gauche qui descend un peu ; un autre également à gauche qui, après quelques dizaines de mètres, se termine par la clôture métallique d’une ferme que l’on peut voir un peu plus loin ; et un chemin avec des feuilles de chêne vert qui continue tout droit et passe sous les chênes verts, qui est le chemin que nous devons emprunter. En d’autres termes, nous choisissons le chemin, dans ce cas le chemin qui semble le moins probable.

Le chemin devient de plus en plus fermé par les ronces et les buissons sur les côtés, mais il est assez facile à distinguer et nous continuons sans nous soucier des ronces gênantes. Nous verrons qu’à partir du chemin lui-même, un peu plus loin, il y a deux accès menant à des pâturages voisins. Nous les ignorons et continuons notre chemin. Nous passons par deux petites portes sur notre chemin pour empêcher le bétail de passer, que nous laissons comme elles étaient, c’est-à-dire fermées.

Après un court moment, le chemin s’élargit avant d’atteindre la clôture latérale d’une ferme. Les chiens vont nous entendre et aboyer un peu. Nous continuons à avancer et atteignons une piste ouverte qui nous mène immédiatement à la route Orabille-Andraka, très proche de la bifurcation de Berreaga vers Urizar. Nous sommes à la frontière avec la municipalité de Lemoiz et nous n’avons parcouru que deux kilomètres.

Dès que vous atteignez la route, tournez à droite et longez-la pendant un moment. Vous passerez d’abord devant le restaurant et la maison de campagne Larrakoetxea et franchirez la clôture métallique de son grand jardin arboré. Nous continuons à avancer jusqu’à ce que nous atteignions presque le sommet du changement de pente, à gauche duquel se trouve l’entrée du centre équestre et du club d’équitation de Goikomendi. Environ deux cents mètres avant d’atteindre un bosquet d’eucalyptus et presque là, nous apercevons un chemin sur notre droite flanqué de deux petits poteaux qui descend sous les arbres. Nous prenons ce chemin. Nous avons emprunté ce même chemin sur d’autres routes, par exemple sur la route 8.

Le chemin est large et bien fréquenté par les vélos, les motos et les randonneurs, à en juger par les traces que nous pouvons voir dans les zones les plus boueuses. L’atmosphère sent l’eucalyptus et après quelques larges virages à travers le bosquet d’eucalyptus, nous arrivons à une jonction que nous connaissons déjà par d’autres itinéraires. En arrivant au croisement, nous renonçons à avancer et à descendre vers Saratxaga, comme sur la route 8, et nous prenons le chemin de gauche qui descend légèrement vers la route BI-2120 Mungia, que nous atteignons en quelques minutes. Nous verrons qu’à notre droite, sur la piste que nous empruntons, il y a un chemin menant à une ferme avec plusieurs chiens qui aboient à notre passage. Il est curieux et très fréquent que les propriétaires de fermes ou de pâturages éloignés du village installent des cabanes plus ou moins grandes dans lesquelles ils laissent enfermés les chiens de garde ou de chasse, soit à l’intérieur de la cabane, soit en liberté dans les champs. Parfois, traverser ces zones seul est assez intimidant.

Faites attention en traversant la route, qui est une route très fréquentée. Nous devons traverser juste devant l’endroit où nous sommes arrivés pour atteindre le début de la petite route BI-4114 appelée Boteola bidea, qui commence juste là. Et là, avant de commencer à marcher sur cette route en descente, on regarde attentivement sur la droite, parmi la végétation, pour découvrir un chemin caché parmi la végétation qui va jusque là. Nous sommes sur le deuxième tronçon intéressant et sauvage que nous avons mentionné au début de l’itinéraire.

À ce stade, je dois dire que ce tronçon que nous commençons maintenant, mais en marchant à reculons, est un substitut du dangereux tronçon qui remonte la route BI-2120 de Mungia sur la route 18 : « Circuit approximatif autour des frontières de la municipalité de Gorliz », du rond-point de Munguia à la bifurcation pour Boteola bidea.

Eh bien, nous nous engageons sur le chemin à travers le sous-bois qui le recouvre presque entièrement, situé, je le répète, juste à l’entrée de Boteola bidea sur notre droite. Peu après y être entré, le chemin devient plus clair. Nous avons maintenant une courte montée, bien qu’elle ne soit pas trop longue, flanquée d’une végétation luxuriante qui nous gêne un peu dans l’ascension. Le terrain est argileux et tout à fait praticable par les pneus de vélo de montagne. Attention aux glissades si on le fait à l’envers et s’il a plu un peu.

Après un moment, nous atteignons une zone plus claire mais nous ne nous écartons pas du chemin. Bientôt, nous sommes dans une zone encore plus claire, une sorte de clairière dans la forêt d’eucalyptus clairsemée. Le chemin continue sur notre droite en descendant. La route générale peut être ressentie par le bruit de la circulation à proximité. Tu ne peux pas te perdre sur le chemin maintenant. C’est un chemin plus visible, parfois un peu boueux, mais toujours à travers une végétation luxuriante, avec peu ou pas de trafic, bien sûr. Après un moment, nous arrivons à deux élargissements du chemin, l’un avant et l’autre après, fermés par des portes métalliques sur notre gauche qui donnent accès à quelques txabolas et à des zones de pâturage avec des chiens de garde qui aboient (ce qui sera sûrement leur tâche). Nous sommes maintenant sur une piste claire, ou du moins un chemin plus large avec des voies pour les voitures, qui descend doucement et atteint bientôt le grand rond-point sur la route de Mungia.

Nous traversons le rond-point de l’autre côté, avec beaucoup de précautions en raison de la circulation intense, et nous atteignons en peu de temps le quartier de Guzurmendi, qui appartient à la municipalité de Gorliz. Pour ce faire, nous prenons Arenebarri bidea jusqu’à ce que nous arrivions à la hauteur du vieux feutre et là, nous tournons à droite, puis à nouveau à droite sur Mastieta bidea, qui devient bientôt Guzurmendi bidea. Nous montons jusqu’à la partie la plus haute, où il y a quelques antennes et nous commençons à descendre petit à petit. La route, qui est parfaitement aménagée, laisse sur la droite un petit parc boisé avec des bancs. Nous descendons une petite rue qui est encore Guzurmendi bidea, et à partir de maintenant nous suivrons cette rue qui fait une large courbe pour aboutir à Areatza kalea.

Mais à ce stade, je voudrais émettre une réserve, voire une plainte si je puis dire. Je ne comprends pas comment, après la récente urbanisation de toute la zone de la montagne de Guzurmendi, qui a dû coûter très cher, la partie inférieure d’Ametzaga bidea (une rue ou un chemin sans issue qui, à partir de la route principale BI-3154 et commençant devant l’ancien abattoir, mène ici, à quelques fermes et se termine là, à quelques mètres de l’autre partie d’Ametzaga bidea) n’est pas accessible, même à pied. En d’autres termes, s’il est possible de relier la zone de Guzurmendi au centre de Gorliz de manière très simple en joignant les deux parties d’Ametzaga bidea (quelques mètres seulement), il faut redescendre jusqu’à Areatza kalea et ensuite jusqu’au PIE. On ne peut même pas passer devant, c’est du moins ce que m’ont dit certains habitants.

Lorsque nous arrivons à Areatza kalea, nous tournons à droite pour rejoindre le PIE et, à partir du rond-point de la plage, nous montons sur quelques mètres le long d’Itsasbide et ensuite, en face du parking et à côté d’un poste OTA, un petit sentier commence sur notre gauche qui va vers les pins au bout. Pour changer, nous prenons ce chemin. Nous atteignons bientôt le grillage vert qui entoure l’enceinte de ce qui, il y a de nombreuses années, était la maison du directeur médical de l’ancien sanatorium maritime de Gorliz. En marchant à côté de la clôture et à travers un sol sablonneux, nous atteignons un poteau électrique en ciment. Tourner à droite et suivre le chemin sur le côté du deuxième rond-point d’Itsasbide en montant. D’ici à la place Iberreta, où nous sommes partis il y a environ deux heures, il n’y a que quelques centaines de mètres.

Nous avons terminé ce parcours simple et court que nous avons fait en deux heures, avec des parties très intéressantes, différentes, et surtout très peu connues. Nous vous encourageons à la suivre.

Compartir:
© 2022 Gorlizko Udala | La mairie de Gorliz I Info juridiques et confidentialité I Politique de cookies