Itinéraire 20 : Route des falaises. Les sept petits sommets d’Astondo à Armintza


 

Itinéraire 20

Itinéraire publié par Pedro Pablo Uriarte ”24 Itinéraires circulaires de randonnée depuis Gorliz”

*Carte de l’itinéraire*

FICHE DE L’ITINÉRAIRE :

Temps total : 5 
Distance : 15,7 km
Dénivelé positif cumulé : 675 m
Difficulté : Modéré

C’est un itinéraire pour les plus courageux, pour les montagnards expérimentés qui ne se soucient pas de traverser des tronçons relativement compliqués au prix d’une vue imprenable sur des zones très peu fréquentées. Nous irons toujours près des abîmes qui marquent les falaises et qui tombent avec la plus grande verticalité jusqu’à la mer rugueuse qui s’y détache.

La première partie de l’itinéraire, c’est-à-dire le tronçon entre Astondo et l’Ermua, et même l’Etzandarri, est déjà décrite sur plusieurs itinéraires antérieurs: la route 3, la route 8, les routes 18 et 19 et ne présente aucune difficulté. Nous allons quand même faire une brève description. Cependant après l’Etzandarri, l’itinéraire devient sauvage, en marchant avec difficulté et insécurité sur des sentiers à peine visibles par la végétation luxuriante de fougères. Heureusement, sur la partie la plus compliquée de l’itinéraire, quelques points verts peints sur les chênes ou les pins et quelques autres panneaux nous faciliteront la marche. Je dois vous rappeler que si les gens qui osent faire l’itinéraire complet le suivent à travers Wikiloc, ils ont la garantie de ne jamais s’égarer. Et autre chose, nous vous recommandons fortement de porter un pantalon long et des manches longues. Nous expliquerons pourquoi plus tard.

Nous sommes face à un itinéraire que je considère de longueur moyenne (il n’atteint pas 16 km), mais nous ne pourrons pas le faire à bonne allure, car notre rythme de montagne sera sensiblement réduit dans la deuxième partie de celui-ci (nous l’avons fait à une vitesse moyenne de 4,4 km/h). La dénivellation positive cumulée est de 675 m, ce qui n’est pas non plus une dénivellation exagérée. Le retour à Gorliz se fait par le chemin classique qui relie l’Ermua à Armintza, en descendant la piste en béton qui relie Fano à Urezarantza.

Pour terminer cette introduction, je dois dire que les petits sommets de la corde que nous monterons s’appellent comme suit: Astondo, Larragan, Legorrariburu (ou Lehorrari), Ermua Mendi, Etzandarri, Lularri et Kauku pointe, située déjà en vue d’un oiseau au-dessus d’Armintza.

Comme toujours, nous partons d’Ibarreta Plaza, en descendant au rond-point du PIE et au poste de secours, en direction d’Astondo par la promenade de la plage de Gorliz. Nous arrivons à l’autre poste de secours et continuons vers l’avant en passant devant les dunes pétrifiées pour atteindre les rudimentaires escaliers en pierre qui partent de notre droite et pénètrent dans la pinède.

Nous prenons par là, en montant par étapes les escaliers précités jusqu’au point culminant de cette première partie de la route. Et juste avant d’atteindre le sommet, sous les chênes verts, nous voyons sur notre gauche un petit chemin un peu piétiné qui, à moins d’une dizaine de mètres, nous place au « belvédère d’Isaure. Monte Astondo« comme il est dit sur une plaque, le petit et premier sommet de la journée. Nous devons regarder avec prudence car il n’y a aucune protection et la chute est d’environ 126,5 mètres.

Nous reprenons le chemin pour descendre après quelques dizaines de mètres par les marches rudimentaires faites de lattes de pierre jusqu’à ce que nous voyons la déviation vers le fort d’Azkorriaga ou « Castillito », qui est balisé.

Mais nous n’allons pas au fort, déjà presque complètement effondré, nous continuons vers l’avant et vers le haut, pour prendre la pente la plus longue et la plus abrupte de toute la route, qui nous place à côté du deuxième cimetière de la journée. Il s’agit du Larragan, qui n’a ni plaque ni boîte aux lettres et a une hauteur de 147,7 mètres. Juste en dessous du sommet, nous voyons une partie d’un hangar en béton, probablement le reste d’anciennes positions militaires autour des batteries côtières voisines au niveau du Phare.

Nous continuons de l’avant et en longeant les pâturages de la ferme foral nous descendons un peu et arrivons à rejoindre la route du Faro, qui y arrive depuis Astondo. Par elle, nous nous dirigeons vers le célèbre phare de Gorliz, certainement l’icône du village.

Nous prenons à droite juste en arrivant au phare et nous montons sur un sentier qui laisse tout de suite sur notre gauche entre le treillis de branches des côtés, l’entrée d’une casemate de tir et un peu plus haut l’ancien télémètre qui guidait les tirs des obus de la batterie côtière. Les vues sur la côte et les falaises de l’Ermua sur notre gauche sont à couper le souffle.

Nous devons être attentifs en arrivant à la plaine située un peu plus haut, car sur la droite (on voit les fougères piétinées), nous voyons partir un petit sentier qui, à quelques dizaines de mètres, nous place au troisième sommet du jour, le Legorrariburu ou Lehorrari, de 217,5 m. de haut, avec boîte aux lettres et poteau géodésique. Le panorama de la baie de Gorliz depuis son sommet est exceptionnel.

Depuis le Lehorrari, le sentier continue vers l’avant entre des argotes qui nous piqueront un peu les jambes, même si nous portons des pantalons longs. Le petit sentier que nous suivons revient après quelques centaines de mètres au chemin que nous avons pris et dont nous nous sommes écartés, et qui nous mènera après quelques centaines de mètres aux pâturages de Fano.

Nous traversons le col fermé avec un filet (et nous le laissons en place comme il était) et, en montée douce, à travers les hautes prairies de Fano, nous arrivons à une autre barrière que nous devons sauter et déjà sans perte le chemin qui suit nous mènera au sommet de l’Ermua. Mais nous n’allons pas emprunter le sentier habituel jusqu’au sommet, nous allons emprunter un sentier parallèle et peu visible qui, à quelques mètres, passe à l’intérieur du chêne sous les cimes des chênes. Le chemin est ombragé, sauvage, tortueux, serpentant, piétinant le doux lit des feuilles coriaces des chênes verts et presque plat. Bref, une belle promenade qui vaut la peine d’être connue et qui nous introduit de plein fouet dans les contes de sorgiñak qui nous ont été racontés lorsque nous étions enfants.

Par ce sentier du chêne nous n’atteindrons pas directement le sommet de l’Ermua, mais nous arriverons un peu plus loin, à la cabane de pierre et de béton. Nous tournons à gauche pour atteindre le sommet de l’Ermua, 292 m. (284,8 m. sur la carte officielle de la municipalité de Gorliz). Nous avons été très agréablement surpris de voir qu’ils ont remplacé la boîte aux lettres qui corrigeait l’image du phare et que quelques sauvages avaient cassé, par une nouvelle et belle boîte aux lettres. Félicitations, de ces humbles lignes, aux personnes qui ont pris l’initiative.

Un verre d’eau et on reprend notre route. Nous arrivons à la maison de pierre et descendons jusqu’au croisement avec le sentier qui nous mènera à Etzandarri, prochaine destination de la route d’aujourd’hui. Cette étape est relatée sur les routes 6 et 10, mais nous nous en souvenons encore une fois.

Arrivés au carrefour (indiqué par un poteau sur le sol avec une pique rouge-blanc, qui indique qu’il ne faut pas continuer si l’on veut suivre le GR 123), on tourne à gauche, car on veut vraiment suivre cette route en douce descente. C’est un tronçon qui a été très endommagé ces dernières années et qui se ferme à cause de la végétation abondante des deux côtés. Il est dommage que les routes, du moins les plus fréquentées, ne soient pas entretenues et qu’à ce rythme, elles disparaissent. Tout le chemin est en terre argileuse avec de grands sillons transformés en torrent à cause des pluies qui rendent la marche très difficile. Enfin, nous arrivons à une clairière près de la falaise d’où la vue est spectaculaire. Cela vaut la peine de s’arrêter un moment pour se délecter de la nature sauvage. Les falaises qui se détachent de l’Ermua dans toute leur ampleur. Nous sommes entrés dans la municipalité de Lemoiz

Un moment pour une photo et nous nous dirigeons vers Etzandarri, cinquième sommet de la journée. Pour cela, nous n’avons qu’à nous concentrer sur la piste qui descend vers Armintza et, à quelques mètres seulement, sur la gauche, un petit sentier à peine visible qui devient plus évident lorsque nous y pénétrons. Le sentier, visible mais quelque peu recouvert d’argumes, passe d’abord sous des pins tortueux battus par les orages du nord. Curieusement, il est intéressant de voir sur cet itinéraire les structures enchevêtrées de nombreux pins près des abîmes: ils sont torturés, avec des troncs tordus et des branches arrachées, moulés par les vents et les tempêtes. Ce sont des sculptures vivantes.

En quelques minutes, toujours en montée, parfois en s’approchant à quelques mètres de la falaise, nous arrivons au sommet de l’Etzandarri, de 209 m. le premier des trois sommets qui s’étendent sur la corde de cette deuxième partie de l’itinéraire. Il a une boîte aux lettres récemment placée par le groupe de montagne de Lemoiz avec un badge. À côté de la petite boîte aux lettres se trouve l’un de ces magnifiques spécimens de pins modelés par le vent, parfait pour se reposer sous sa grande coupe. Nous trouvons aussi un panneau qui nous indique la direction d’Ermua et le GR 123, et en sens inverse le Lularri et Kauku pointe.

À partir de maintenant, les véritables difficultés commencent, même si ce ne sont pas des difficultés qui impliquent de grands efforts physiques ou de fortes inégalités. Nous avons déjà dit dans l’introduction, que cette partie de l’itinéraire est recommandé seulement pour les alpinistes ou les randonneurs avancés car nous traverserons des zones difficiles, et nous emprunterons des sentiers qui ne sont pas visibles, seulement intuitifs, recouverts d’une végétation luxuriante, surtout des fougères de grand port et très bigarré qui dépassent de loin notre altitude et rendent difficile le pas. Il est vrai que la croissance végétale générale sur toute cette côte a été favorisée par le climat que nous avons cette année 2021 au printemps et en été (je l’écris le 31 juillet), avec beaucoup de pluie et de jours ensoleillés, ce qui favorise une végétation exubérante sur ces terres arides, en bloquant les routes et en resserrant les trottoirs. Je n’avais jamais vu jusqu’à cette année (et je suis dans la brousse depuis plus de 60 ans) des fougères, pour donner un exemple, qui dépassent de loin les deux mètres de haut. J’ai fait le même chemin il y a un mois et demi et les fougères étaient deux fois plus grandes. Il est également fortement recommandé sur cette route d’utiliser des cannes, deux mieux qu’une. Ils nous serviront, en plus de nous fournir un soutien supplémentaire et d’élargir notre base de subsistance, à écarter les tiges de fougères, les bruyères piquantes, ou simplement à écarter les toiles d’araignées d’un bout à l’autre du chemin.

En outre, sur presque tout ce tronçon, nous trouverons des zones avec une grande profusion de fines tiges ligneuses de lierre, de ronces et de ronces qui traversent le sentier et qui sont de véritables pièges, avec lesquels nous pouvons facilement nous accrocher. Cela nous oblige à marcher en levant les jambes en faisant le pas, ce qui nous fatigue un peu plus. En fait, le souscripteur a trébuché deux fois et le coéquipier à nouveau. Heureusement, pour favoriser l’itinéraire, quelqu’un (je suppose des gens du groupe de montagne de Lemoiz) a placé des panneaux indicateurs et peint des cercles verts sur quelques pins et eucalyptus. Ça aide beaucoup. Félicitations à eux encore une fois.

Pour toutes ces raisons, nous recommandons de faire cet itinéraire avec un pantalon long et un t-shirt ou une chemise à manches longues. Pour éviter deux choses: d’une part, mieux se protéger des piqûres et des éraflures des bruyères et des ronces et, d’autre part, protéger les jambes et les bras des éventuelles piqûres de tiques. Les tiques sont transportées par des animaux de la forêt de sang chaud, généralement des sangliers, des mouffettes, des chevreuils, etc. , ou par des animaux domestiques comme des chèvres ou des moutons si nous passons très près d’où ils sont passés ou ont été en train de paître. Les tiques se fixent sur les plantes, les buissons et les fougères, et attendent le passage d’un autre animal ou nous pour se nourrir. Quand nous passons, c’est quand ils s’accrochent à notre peau, essayant d’atteindre rapidement les zones chaudes et humides, comme les plis et les flexions (angles, parties génitales, plis et nombril). Nous n’avons rien remarqué, car ils utilisent leur salive avec une sorte d’anesthésique pour s’ancrer. Cela arrive plus souvent en été. C’est pourquoi se couvrir les bras et les jambes lorsque l’on se promène dans des zones riches en végétation n’est jamais une mauvaise chose. Généralement rien ne se passe, si nous les remarquons ou les découvrons en rentrant à la maison, nous les enlevons avec une pince et c’est tout, mais dans certains cas, ils peuvent nous transmettre une certaine ricketsiose ou provoquer la maladie de Lyme. Plus rares encore sont quelques cas décrits de Turalémie et de Fièvre hémorragique Crimée-Congo. En Euskadi et en Espagne en général, le risque est faible, mais pas nul. Donc vous savez.

Mais nous étions restés à l’Etzandarri. En tenant compte du panneau du sommet, nous continuons vers le Lularri par un sentier peu visible et comme nous l’avons dit avec des bruyères basses. Le chemin descend peu à peu et, nous le répétons, nous devons être très attentifs là où nous marchons, car le sentier est à peine perceptible. Nous entrons dans une zone de grandes fougères. Le petit sentier serpente toujours en descente avec les falaises plus ou moins loin. Nous voyons tout de suite des cercles verts peints sur les branches de quelques arbres qui nous servent de guide. Nous trouverons aussi quelques autres affiches: Lularri et Kauku Punta vers où nous allons et Etzandarri en sens inverse. Nous continuons en direction de Lularri, le long du sentier et en utilisant constamment l’intuition pour découvrir où va réellement le chemin.

Nous avons trouvé plus de points verts sur des branches d’arbres et d’autres panneaux. Cela nous confirme que tout va bien. Toujours en descente, nous entrons dans une pinède près du bord de la falaise et nous arrivons à une clairière avec de grandes fougères. Nous traversons la clairière sur le chemin couvert et nous arrivons à une autre pinède en face où le sentier entre. Nous rencontrons tout de suite un cairn qui nous indique la proximité du sommet. Nous continuons vers l’avant sur un sentier qui serpente entre les pins et nous arrivons à un panneau qui nous indique le sommet: Lularri. Il y a une corde fixe qui nous aide à monter jusqu’à la boîte aux lettres et au sommet.

Le sommet du Lularri est un mélange complexe de plusieurs grands rochers et d’épais pins bigarés et tortueux, qui, nous l’imaginons, ont été frappés par de violentes tempêtes pour les modeler et les transformer en sculptures vivantes tordues, et ils continuent. Au sommet, il y a une brèche, que nous approchons avec le plus grand soin, avec une chute verticale jusqu’à une belle crique d’eaux turquoise immaculées. La boîte aux lettres est vissée à un rocher. Il ne pouvait pas en être autrement. Nous sommes au sommet du Lularri, à 184 m. , endroit curieux où il y en a, mais vraiment inconfortable.

Du sommet du Lularri, nous descendons sur le sentier avec l’aide inestimable de la corde fixe (encore une fois, nous nous souvenons avec reconnaissance des personnes qui ont eu l’idée, ce qui me semble magnifique. Merci encore, qui que ce soit).

Le chemin vers Kauku punta, ou plutôt un vague chemin, est plus difficile à discerner dans la forêt de pins, et il commence à descendre immédiatement. Nous descendons en pente raide dans la forêt de pins et près des falaises.

À un moment donné, nous atteignons le bord d’un bosquet d’eucalyptus récemment planté. Nous marchons tout près de l’abîme, mais sans aucun danger. De temps en temps, le bosquet s’ouvre et vous pouvez voir les falaises de la région d’Armintza.

Lorsque nous apercevons un large chemin à notre droite, que nous sommes tentés d’emprunter, nous continuons un peu plus loin sur le chemin que nous suivions jusqu’à ce que nous atteignions bientôt un beau point de vue naturel où le chemin susmentionné se termine également. Nous sommes à Kauku Punta, à 116 m d’altitude, le dernier des sept sommets de la chaîne de montagnes entre Astondo et Armintza.

De là, pour retourner à Gorliz et suivre un itinéraire circulaire comme d’habitude, nous prenons le chemin mentionné ci-dessus qui mène à Kauku Punta. En quelques minutes, nous atteignons une clairière où se trouve une grande maison à un étage. Nous connaissions déjà ce bâtiment par d’autres itinéraires. D’ici part une large piste de gravier, très plate dans la première moitié, qui nous mènera au village d’Armintza.

Nous le suivons pendant un bon moment jusqu’à ce que nous rencontrions le chemin qui descend d’Ermua vers Armintza, où nous allons monter. Il s’agit d’un chemin argileux, en montée, surtout au début, puis il entre dans le bosquet d’eucalyptus. Après un certain temps, le chemin devient plus étroit. Nous avons déjà mentionné que la végétation sur les côtés des chemins pousse tellement qu’elle étouffe les chemins. Si les chemins ne sont pas dégagés de temps en temps, il est presque certain que beaucoup d’entre eux disparaîtront.

Après un moment, nous atteignons une zone plate qui mène au chemin qui mène au sommet d’Ermua (il y a des panneaux), mais nous ne voulons pas retourner à Ermua. Nous allons tout droit et un peu à gauche pour suivre un chemin que nous avons déjà parcouru cent fois, descendant sur un terrain assez inconfortable et sous des chênes verts jusqu’à atteindre Fanobidea. Dans ce tronçon, nous garderons toujours à notre gauche une longue clôture métallique qui sépare une forêt fermée de pins et de quelques chênes verts.

Lorsque vous atteignez Fanobidea, tournez à gauche, en passant devant une grande maison. Vous verrez bientôt (il y a des panneaux) une piste en béton sur votre droite que nous avons beaucoup utilisée sur d’autres itinéraires. Dans une vingtaine de minutes, nous serons dans le quartier d’Urezarantza. Traversez la route en face de la brasserie Kilimanjaro et descendez vers le centre sportif, en faisant le tour de la promenade, jusqu’à atteindre la zone de l’ancien champ Elorriaga. Nous atteignons le rond-point et continuons vers le village en passant par Aldapa Barrena et Talaia Bidea. Nous sommes presque sur la place Iberreta d’où nous sommes partis.

Cela fait plus de 4 heures et trois quarts, nous avons fait 15,7 km et nous avons gravi un dénivelé cumulé de 675 m.

Une belle route le long des falaises d’Astondo à Armintza, avec des vues spectaculaires et un peu d’aventure à cause des chemins difficiles à suivre. Je répète qu’il est préférable de le suivre sur Wikiloc, et il n’y aura aucun problème. Malgré tout, j’espère que ce texte servira de support aux personnes qui tentent de faire cet itinéraire. Je pense qu’il est suffisamment détaillé pour cela.

Parcours effectué avec mon ami Koldo Mendía Cueva, le 29 juillet 2021, avec un temps nuageux et parfois un peu de bruine et un brouillard marin un peu épais.

Compartir:
© 2022 Gorlizko Udala | La mairie de Gorliz I Info juridiques et confidentialité I Politique de cookies